Publié le

Émouvant périple algérien sur les pas de Charles de Foucauld

Canonisation de Charles de Foucauld à Rome

La vie devenue ascétique comme le cheminement spirituel de Charles de Foucauld marqué par ses rapports de confiance avec les Touaregs ont, depuis sa mort brutale et à la vérité presque accidentelle le 1er décembre 1916, toujours interpellé.

Si les regards se sont rapidement tournés vers ce religieux sur les traces duquel il a longtemps été aisé de se rendre sur le territoire algérien dont il avait fait son lieu de vie durant les 15 dernières années de son existence, d’abord à Béni Abbès puis à Tamanrasset, puisque la France y était chez elle jusqu’en 1962, les visites ont presque cessé dès la survenance des premiers troubles s’inscrivant pendant la période dite « guerre d’Algérie ».

Il aura fallu la survenance de sa béatification le 13 novembre 2005, puis de sa canonisation le 15 mai 2022, pour qu’un certain engouement amène en ces lieux les catholiques en général et les Français en particulier d’autant que les autorités algériennes se sont longtemps montrées extrêmement parcimonieuses dans l’attribution de visas touristiques.

Au grand dam des amoureux des espaces immenses que constituent le centre et le grand sud du Sahara algérien car la vérité est que les lieux dans lesquels s’était établi le frère Charles de Jésus se trouvent dans un cadre exceptionnel d’ergs ingrats mais aussi de montagnes grandioses comme le Hoggar, le plus spectaculaire restant les immenses dunes du grand erg occidental parsemé d’oasis où sont implantées les fameuses foggaras, systèmes d’irrigation particulièrement ingénieux.

Mariage de couleurs intenses de tous les tons de jaune et d’ocre avec le bleu du ciel et le vert des oasis…

Une nuit passée au refuge de l’Assekrem, à seulement 80 km de Tamanrasset, où Charles de Foucauld vécut cinq mois dans un ermitage situé à 2.781 mètres d’altitude, pourtant dans des conditions spartiates mais qui permettent de s’imprégner de l’immense beauté des lieux, des ciels étoilés comme des levers et couchers de soleil, reste un temps fort de ce voyage hors du commun comme hors du temps, au point que certains participants pourtant âgés ont été conquis.

Il ne suffit pas d’évoquer ce périple, les mots pour le décrire étant bien pauvres, il faut le vivre et découvrir un pays dont l’accueil est chaleureux, mais surtout jusqu’ici préservé du tourisme de masse, et dès lors d’une authenticité qui le rend inoubliable.

Publié le

Retour sur nos pèlerinages en Terre Sainte de l’été

Cet été a été riche en pèlerinages en Terre Sainte. Plusieurs groupes ont eu l’occasion de se rendre dans les villes et endroits emblématiques d’Israel et de Cisjordanie. Un groupe de jeunes, la communauté de la Transfiguration ainsi qu’un groupe de l’Ordre Equestre du Saint Sépulcre de Jérusalem, ont été enchantés de leur pèlerinage et enrichis par les lieux saints.
De la Galilée à la Judée, nos groupe ont eu la grâce de marcher dans le pas de Notre Seigneur et de retracer ainsi en l’espace d’une bonne semaine sa vie, de sa naissance à Bethléem à sa mort à Jérusalem.
Ponctués de temps spirituels et de temps de silence, ces voyages offrent un accompagnement spirituel qui permettent de confirmer qu’un pèlerinage en Terre Sainte est véritable cinquième Evangile ! 

Voici ce que nous a transmis l’undes organisateurs suite à son pèlerinage :

« Organisation : sous le double parrainage de l’Ordre du Saint Sépulcre et du diocèse de Moulins avec l’accord de Mgr Marc Beaumont, évêque de Moulins. La logistique a été coordonnée avec l’agence ODEIA et son partenaire local avec une équipe de Palestiniens chrétiens.

Le guide de 29 ans, Issa TAMS est de nationalité française par sa mère et parle parfaitement notre langue. A noter que ce guide est, pour moi, de loin le meilleur que j’ai eu dans mes 6 pèlerinages en Terre Sainte du fait de son élocution fluide, sa pédagogie pour donner des informations claires et détaillées sans verser dans l’excès, ses connaissances approfondies de la Bible et des églises locales, son attention au rythme du groupe.
Il nous a parlé aussi de la situation difficile actuelle dont il est le premier à en pâtir, mais en termes modérés et sans amertume exprimée.
Nous avons, lui et moi, très bien échangé pour gérer les aléas inévitables sur le déroulé des journées (rendez-vous modifiés, gestion des temps de repos, …).

Temps spirituels. Après la prière du matin au départ, le prêtre a célébré chaque jour la messe dans les sites : hébergement de Nazareth, chez les clarisses de Nazareth, Capharnaüm en plein air devant le lac, le Mont Thabor, la Grotte n°1 des Bergers, Dominus Flevit et

Ecce Homo.
Il a pris à cœur de rapprocher les visites et les textes lus sur notre vie aujourd’hui.
Le chemin de Croix a été suivi dans la chapelle de l’hébergement de Jérusalem, endroit plus calme que la Via Dolorosa. Quelques sacrements de réconciliation ont eu lieu.

Communautés rencontrées. Nous avons été très bien reçus par les sœurs de Nazareth (tombeau du Juste), les sœurs Maronites qui nous hébergeaient à Jérusalem, Marie Armelle Beaulieu pendant 1h30, Le Frère Stéphane à la Custodie, Mgr Shomali au Patriarcat, les bénédictins d’Abu Gosh et, sans l’avoir prévu, le curé syriaque de Bethléem qui nous a reçu pendant une heure ; ce français expatrié avec sa famille (3 enfants) est devenu prêtre à Bethléem.
Tous les échanges avec ces personnes ont été éclairants et instructifs pour le groupe.
Nous avons eu également un bon contact avec les Grecs orthodoxes de Nazareth lors de la visite de leur église où un pèlerin a chanté un cantique orthodoxe qui a profondément marqué nos hôtes.

Restauration. Très bonne qualité et variés entre eux, tant dans les hébergements le soir que les déjeuners.

Cette année, nous programmons encore de nombreux pèlerinages en Terre Sainte, donc n’hésitez pas à consulter notre site pour trouver celui qui vous conviendra !

Pour consulter nos pèlerinages, cliquez ici. 

RETROUVEZ TOUTES NOS ACTUALITES EN CLIQUANT ICI

Publié le

Retour d’Ouzbékistan : un participant raconte

Voyage culturel Ouzbékistan : un voyageur raconte sa découverte du pays !

« Le retour de l’Ouzbékistan est un grand sujet dans les « dîners en ville », intarissables de propos élogieux et les yeux tout encore écarquillés des découvertes qu’ils y ont faites.

Volonté d’épater la galerie sur leurs exploits de globe-trotters après ce voyage en Ouzbékistan ou simple impossibilité de refreiner un enthousiasme incontrôlé ?

Quoi de mieux que se faire sa propre opinion en consentant sept malheureuses heures de vol sur Uzbekistan Airways où le confort pour les jambes comme la somptueuse qualité et l’abondance des plateaux repas surprennent, tant les préjugés sont en faveur de compagnies plus anciennes…et qui ont effectivement vieilli.

Après le retour de l’Oubzékistan, nous voyons que ce qui saute aux yeux du voyageur jusque dans les endroits les plus reculés, là où la présence des touristes est faible mais aussi dans leurs passages obligés (il y a beaucoup de visiteurs français), est d’une part la propreté exceptionnelle du pays, le calme et la sécurité générale mais d’autre part l’extrême gentillesse et la spontanéité dont la population fait preuve.

L’étranger est plus que bien reçu car en vérité c’est à qui acceptera de poser avec les locaux devant les objectifs, ce qui permet réciproquement d’obtenir nous aussi de belles photos au milieu des Ouzbèks. Premier bon point.

Le reste vient par surcroit, comme l’émerveillement devant les parcs et jardins verdoyants et fleuris, la plupart du temps très arborés, omni présents plus encore à Boukhara et Samarcande mais également à Tachkent, ce qui contraste avec le paysage steppique général, rompu par les larges bandes vertes longeant le cours de l’Amou Darya ou à l’approche du Syr Darya.

Et dans ce cadre enchanteur, c’est une profusion de spectaculaires mosquées et madrasas aux proportions gigantesques toutes couronnées aux dômes hors normes qui s’offrent à nous, recouvertes de céramiques aux couleurs somptueuses qui rivalisent avec celles des palais et des nombreux mausolées.

Dans la région désertique du Khorezm, la visite des ruines spectaculaires de citadelles qui furent autrefois prospères est l’occasion d’une immersion dans ce que fut la culture nomade ; quelques yourtes la symbolise encore tout comme la présence de chameaux, les vrais à deux bosses qui les différencient des dromadaires, beaucoup moins imposants et qui n’arborent qu’une seule de ces boules graisseuses destinées à permettre leur survie en milieu climatiquement plutôt hostile.

Le retour de l’Ouzbékistan est aussi porté sur les hôtels retenus par Odeia qui sont parfaits et bien placés et la nourriture des sympathiques restaurants choisis est appétissante et légère.

En un mot, courez-y vite… avec Odeia ! »
D GDG, Toulon

Vous retrouverez notre vidéo de présentation du voyage culturel Ouzbékistan en cliquant ici
Retrouvez d’autres voyages culturels en cliquant ici

RETROUVER TOUTES NOS ACTUALITES ICI

Publié le

Terre Sainte : un pèlerin témoigne de ses pèlerinages depuis 1991

Monsieur Jean Bojo a organisé et accompagné depuis le début des années 90 jusqu’en 2010 près de 20 pèlerinages en Terre Sainte. Voici ce qu’il nous a écrit à l’occasion de ses voeux à Odeia : son témoignage nous est allé droit au coeur !

« Un grand merci pour vos bons voeux. En retour recevez les miens.

Je vois que vous avez changé d’adresse. C’est merveilleux ; cela veut dire que vous faites un travail interessant ; ce qui se voit lorsque nous regardons vos programmes. Je me permets de vous envoyer 3 photos souvenirs. Les deux premières ont été prises lors du premier pèlerinage que j’ai préparé pour la terre Sainte en 1991 : le chemin de Croix Via Dolorosa ; je porte la Croix avec mon épouse. La deuxième j’accompagne un cantique à Ein Karim. La troisième, c’est la publicité pour un pèlerinage spécial en l’année 2002. Cette année-là, il n’y avait aucun pèlerin et touriste en Terre Sainte. Nous avons pu réunir une bonne quinzaine de personnes. Nous étions les seuls partout. « Ah des français courageux » s’est écrié Frère Armando, organiste de la basilique qui me connaissait, nous voyant arriver au Saint Sépulcre. M. l’abbé Boivin a pu célébrer la Messe sur la tombe de Jésus.

Je vous écris ces souvenirs car ils sont toujours gravés dans ma tête, certes, mais surtout dans mon coeur de 88 ans. Bon courage à toute l’équipe.

Amitié à tout le monde,

Jean B. « Organiste d’honneur de la basilique du St Sépulcre » »

Nos voyages en Terre Sainte : dernières places en mars pour le pèlerinage avec l’abbé Boivin

RETROUVER TOUTES NOS ACTUALITES ICI

Publié le

Grand retour dans le sud algérien avec Frédéric Pons

Algérie pons nov 2022


Voyages culturels en Algérie.
Après 13 ans d’absence, grand retour d’Odeia dans le sud algérien du 2 au 11 novembre dernier ; Frédéric Pons a accompagné ce voyage événement sur les pas de Charles de Foucauld suite à sa canonisation en mai dernier et partage avec vous son expérience :

« On ne revient pas indemne de 9 jours passés dans le grand sud algérien, sur les pas de saint Charles de Foucauld.

De Tamanrasset à Béchar, des pics rouges du Hoggar aux oasis de Timimoun et de Beni Abbès émergeant de leur océan de dunes dorées, ce périple inédit nous a fait découvrir l’un des plus beaux déserts du monde, à la rencontre des traditions du peuple touareg, dans l’épopée des méharistes français.

Au sommet du massif de l’Assekrem, « la plus belle vue du monde » disait le Père de Foucauld, le crépuscule face à l’immensité minérale est toujours un spectacle grandiose. Un moment inoubliable, pour tous les voyageurs. Et vivre la messe dans le modeste ermitage de l’ermite du Sahara a fait ressentir à chacun cette « élévation du cœur vers le Créateur » dont il parlait si bien. C’est l’une des étapes marquantes de ce parcours d’exception que nous avons suivi, sur les lieux et les pistes où vécut et se sacrifia notre « frère universel ».

Pour Odeia, c’est une grande nouvelle de proposer à nouveau ces lieux mythiques du massif de l’Assekrem et du grand erg du Sahara occidental !

Voici nos 2 prochains voyages culturels en Algérie en 2023 :

14 – 22 mars 2023 : Voyage en Algérie sur les pas de Charles de Foucauld avec Marc Fromager : cliquez ici
Marc Fromager est président du Mission Ismérie, pour en savoir plus sur les Missions Ismérie : cliquez ici
Pour en savoir plus sur notre conférencier Marc Fromager : cliquez ici

23 – 30 avril 2023 : Algérie, le vrai état des lieux avec Frédéric Pons : cliquez ici
Pour en savoir plus sur notre conférencier Frédéric Pons : cliquez ici

« Il faut passer par le désert et y séjourner pour recevoir la grâce de Dieu ; c’est là qu’on se vide, qu’on chasse de soi tout ce qui n’est pas Dieu et qu’on vide complètement cette petite maison de notre âme pour laisser toute la place à Dieu seul. Les Hébreux ont passé par le désert, Moïse y a vécu avant de recevoir sa mission, saint Paul, saint Jean Chrysostome se sont aussi préparés au désert… C’est un temps de grâce, c’est une période par laquelle toute âme qui veut porter des fruits doit nécessairement passer. Il lui faut ce silence, ce recueillement, cet oubli de tout le créé, au milieu desquels Dieu établit son règne et forme en elle l’esprit intérieur : la vie intime avec Dieu, la conversation de l’âme avec Dieu dans la foi, l’espérance et la charité. Plus tard l’âme produira des fruits exactement dans la mesure où l’homme intérieur se sera formé en elle (Ep 3,16)…
On ne donne que ce qu’on a et c’est dans la solitude, dans cette vie, seul avec Dieu seul, dans ce recueillement profond de l’âme qui oublie tout pour vivre seule en union avec Dieu, que Dieu se donne tout entier à celui qui se donne ainsi tout entier à lui. Donnez-vous tout entier à lui seul… et il se donnera tout entier à vous… Regardez saint Paul, saint Benoît, saint Patrice, saint Grégoire le Grand, tant d’autres, quel long temps de recueillement et de silence ! Montez plus haut : regardez saint Jean Baptiste, regardez Notre Seigneur. Notre Seigneur n’en avait pas besoin, mais il a voulu nous donner l’exemple. »
Bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916), ermite et missionnaire au Sahara
Lettre au Père Jérôme du 19 mai 1898

RETROUVEZ TOUTES NOS ACTUALITES ICI

Publié le

Voyage à Naples avec les Grands-parents / Petits-enfants


Voyages Grands-parents / Petits-enfants : retour d’expérience !

Voici quelques retours :

Je tiens à vous redire que nous avons été ravis, nous et nos petits enfants, de passer cette semaine avec vous… et merci pour cette délicate attention d’avoir «  concocté »  un lettre de remerciement avec nos petits ( on a su que cela s’est fait dans l’avion ) ???? : nous  en sommes encore tout émus !

Merci et à bientôt pour de nouvelles aventures.

Cordialement,

Jacqueline P.

Chers Nono et Nona,

Merci beaucoup pour ce voyage à Napoli qui nous a permis non seulement de vous trouver de nombreux surnoms mais aussi de découvrir la culture italienne et de célèbres sites archéologiques.

Nous avons pu profiter des cousins et cousines que nous n’avons pas forcément l’occasion de voir souvent : merci pour tout le voyage, il était trop beau. C’était vraiment intéressant et on en a bien profité !

Herculanum, l’île de Procida et l’atelier pizza resteront dans nos mémoires.

Merci !

Lettre manuscrite de Giuseppe, Gianna, Louisa et Eugenia à leur grands-parents

Les véritables points forts de ce voyage :

  • Le jeu de piste en équipe pour découvrir le port d’Herculanum
  • L’atelier pizza qui permet de varier les activités au grand bonheur des enfants qui les dégustent ensuite !
  • Le passage sur l’incroyable île de Procida sous un temps estival pour un mois de novembre.

Ce voyage fut un grand succès qui soude les grands-parents et les petits-enfants.

Nos voyages en 2023 pour les Grands-parents et les
Petits-enfants :

– vacances de février : ATHENES et le Péloponnèse détails en cliquant ici
– vacances de février : l’EGYPTE

– vacances de Pâques : ROME détails en cliquant ici
– vacances d’été – juillet : LONDRES détails en cliquant ici
– vacances de Toussaint : NAPLES détails en cliquant ici
– vacances de Toussaint : ROME détails en cliquant ici

L’accompagnement de la plupart de ces voyages ‘grands-parents et petits-enfants’ sera assuré par Sophie Magerand : diplômée en Histoire et en Archéologie, elle est passionnée par le monde méditerranéen et par son passé gréco-latin ! Une passionnée soucieuse de transmettre avec pédagogie : depuis plusieurs années, elle intervient dans différentes écoles, collèges et lycées pour faire découvrir le monde antique ; elle accompagne aussi des groupes avec enfants.

Au début de chaque voyage, un carnet sera remise à chacun des enfants de manière à ce qu’ils puissent suivre les visites dans les meilleures conditions possible. De plus le conférencier lors des visites illustrera ses propos de restitutions, cartes etc… pour rendre le voyage le plus vivant possible ! De plus, le rythme est adapté : départ le matin entre 9h00 et 9h30, préparation des visites avant le début de la journée avec des supports visuels, moments de détente en vélo, apprentissage de pizza ou de danses traditionnelles, temps libres.

Découvrez le spot vidéo de présentation de l’esprit de nos voyages en cliquant ici

RETROUVEZ TOUTES NOS ACTUALITES ICI

Publié le

Témoignage du voyage à Rome avec les Grands-parents / Petits-enfants


Voyages Grands-parents / Petits-enfants : retour d’expérience !

Voici le témoignage d’une dame venue avec sa petite fille :

Merci merci de ce délicieux voyage découverte pour les enfants….et recouverte pour moi après 20 ans!Grâce à vous le voyage s’est transformé en un jeu…de visites intéressantes et de foi approfondie et vécue. Un vrai délice…avez pizzas, pastas et gelati !
Merci !

Paule M.

Voici le témoignage de Sophie Magerand qui accompagna et guida ce groupe :

« Je suis rentrée après 4 jours formidables à Rome. Il y avait 6 petits-enfants et 4 grands-parents. Un très joli séjour, il faisait bon et beau, ce qui facilite l’ambiance bien sûr. Tout d’abord, il a fallu adapter le rythme, un exercice qui s’est très bien passé. Nous avons fait de bonnes visites en les adaptant pour que les enfants restent concentrés, avec des explications simples et concises, et un temps de visite assez court.

Je prenais le temps de préparer et de présenter les visites de la journée avec des visuels, le matin avant le départ vers 9h00, 9h30. Comprendre et voir Saint Pierre de Rome, ce n’est pas évident ; quand on tente d’expliquer où se trouve la tombe de saint Pierre, sous une première basilique bâtie par Constantin, aujourd’hui disparue après la reconstruction d’une deuxième à la Renaissance… c’est abstrait pour nous adulte alors combien plus pour des enfants !

Il était important aussi d’avoir des temps de détente. Nous sommes partis faire une bonne balade en vélo sur la via Appia, cette grande voie consulaire en pavés, bordée par des mausolées qui sont encore là plus de 2000 ans après leur construction. Sur cette via Appia se trouvent plusieurs catacombes, dont celles de Saint-Callixte que nous avons visitées avec un guide exceptionnel qui a su s’adapter parfaitement aux enfants en les passionnant et en les faisant rire !

La dernière chose amusante, ce fut d’apprendre à faire une pizza. Un atelier rapide pendant lequel nous avons appris à confectionner la pâte à pizza, à mettre les ingrédients ensuite, jusqu’à la cuisson ! Un pizzaiolo d’une extrême gentillesse et très pédagogue était là pour nous aider et transmettre son art et sa passion. La cuisson était très rapide avec un four à plus de 300 degrés. On a pu manger ce que nous avions fait, les enfants étaient ravis, vous pouvez l’imaginer.

A la fin de voyage, Pierre, un enfant m’a confié  : « Rome, c’est le voyage du bonheur ! ».

Je ne peux que conclure, que cette grande première pour Odeia était une belle réussite qui soude les petits-enfants et les grands-parents !

Nos voyages en 2023 pour les Grands-parents et les
Petits-enfants :

– vacances de février : ATHENES et le Péloponnèse détails en cliquant ici
– vacances de février : l’EGYPTE

– vacances de Pâques : ROME détails en cliquant ici
– vacances d’été – juillet : LONDRES
– vacances de Toussaint : NAPLES détails en cliquant ici
– vacances de Toussaint : ROME détails en cliquant ici

L’accompagnement de la plupart de ces voyages ‘grands-parents et petits-enfants’ sera assuré par Sophie Magerand : diplômée en Histoire et en Archéologie, elle est passionnée par le monde méditerranéen et par son passé gréco-latin ! Une passionnée soucieuse de transmettre avec pédagogie : depuis plusieurs années, elle intervient dans différentes écoles, collèges et lycées pour faire découvrir le monde antique ; elle accompagne aussi des groupes avec enfants.

Au début de chaque voyage, un carnet sera remise à chacun des enfants de manière à ce qu’ils puissent suivre les visites dans les meilleures conditions possible. De plus le conférencier lors des visites illustrera ses propos de restitutions, cartes etc… pour rendre le voyage le plus vivant possible ! De plus, le rythme est adapté : départ le matin entre 9h00 et 9h30, préparation des visites avant le début de la journée avec des supports visuels, moments de détente en vélo, apprentissage de pizza ou de danses traditionnelles, temps libres.

Découvrez le spot vidéo de présentation de l’esprit de nos voyages en cliquant ici

 

RETROUVEZ TOUTES NOS ACTUALITES ICI